Cet enchevêtrement presque animal est en fait le résultat du lent travail de cannibalisation du ficus étrangleur. La pluie d’alors a fait le reste en donnant ces reflets brillants qui contribuent à l’atmosphère surréaliste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *